Composition en processus, Questions adressées au Sphinx, Suzan Vachon, 2023

Atlas, nébuleuses du Sphinx

Un projet choral et transdisciplinaire 
de Suzan Vachon, artiste-commissaire

Du 28 janvier au 28 avril 2024

Exposition produite par 
MAC LAU / Suzan Vachon / Vidéographe

Performances de Maude Bertrand
Le dimanche 7 avril 2024
Œuvres en salle
Ïsmail Bahri, Frederique Beaupré-Decoste, Nicolas Bernier, Maude Bertrand, Marie-Claude Bouthillier, Jacynthe Carrier, Isaiah Ceccarelli, Sébastien Cliche, Martin Désilets, Mélanie Dumas, Vincent Lussier, Daniel Olson, Natacha Nisic, Alex Pouliot, Francois Rioux, Suzan Vachon, Florence Viau  


Les images sont des dispositifs destinés à mettre en relation des ordres de réalités complètement hétérogènes.

Une image n’est jamais plus intéressante que quand elle est dialectique et dialectise quelque chose comme le plus intime de nos viscères et le plus lointain du ciel.

G Didi-Huberman, Écorces, 2011


En 2019, Le MAC LAU amorça une conversation avec Suzan Vachon autour d’une recherche quiallait soulever une réflexion sur la profondeur miroitante des images. Aujourd’hui, elle présenteun montage d’œuvres physiques et reproduites, assidûment sélectionnées. Puisant dans lamémoire des rencontres et des recherches qui ont défilé au fil de plus de trente années decarrière, Suzan Vachon constelle une histoire de l’art intime et hospitalière adressée aux visiteurs, tout comme aux artistes convoqués à cette réunion.

Praticienne intéressée par la voix de l’autre, l’archive sonore, visuelle et la notion de document, enseignante en arts visuels et médiatiques, Suzan Vachon a dédié une grande partie de sa vie à la recherche d’images d’artistes, de cinéastes, de danseurs, d’écrivains, de musiciens, jusqu’à en être habitée, parfois même hantée par leurs recherches. Ces images, elle les a invitées dans sa pratique, discutées dans ses salles de classe, pliées, dépliées, collectionnées. De ce répertoire accumulé au fil d’une vie de recherche sur l’image, apparait une constellation hétérogène de références d’où émane une histoire informée, spécifique, orientée, dont on dégage une forme collective de savoir.

Les figures d’Atlas et Sphinx choisies par Suzan Vachon pour nommer le travail de mise en communauté auquel elle nous convie reposent sur un important héritage. Gardien de la ville de Thèbes, le Sphinx adresse à Œdipe une énigme, telle une figure rhétorique qui exige pour qu’on lui réponde un regard oblique sur le montage des mots qui nous est présenté. Figure du chaos,de l’obscurité, le Sphinx symbolise ainsi l’apparition de la clarté à celui ou celle qui sortira spontanément de la noirceur par la figuration d’une réponse devenue évidente, puisque décortiquée par cette méthode d'analyse ouverte au sens et au contre-sens.

Condamné par Zeus à porter pour l’éternité la voûte céleste sur ses épaules, Atlas agit pour sa part comme l’intermédiaire entre le monde sensible et celui des idées. Il est aujourd’hui le nom que l’on donne à ces ouvrages constitués de planches où cohabitent des images que l’on traverse librement et par saut, « une forme visuelle du savoir », dans les mots de Georges Didi-Huberman lorsqu’il introduit son livre Atlas ou le gai savoir inquiet (2011). Suivant la forme de cette exposition mise en scène par Suzan Vachon, on ne peut faire autrement que d’invoquer à notre tour le projet de bibliothèque de l’historien d’art allemand Aby Warburg (1866-1929) dont le classement par problèmes relève d’une rigoureuse association libre. Plus spécifiquement, son projet inachevé de connaissances par les images, l’Atlas Mnémosyne, résonne avec la construction des nébuleuses façonnées par Suzan Vachon. L’atlas de Warburg est constitué de juxtaposition de centaines d’images disposées sur soixante-dix-neuf planches thématiques où apparait notamment le concept de « formule de pathos », c’est-à-dire l’idée d’une survivance de motifs à travers l’anachronisme du temps et des espaces. Articulé comme des montages d’images, reliées les unes aux autres, cette articulation de la connaissance mise en mouvement par croisements d’images, de la Première Guerre mondiale et de la Renaissance pour Warburg, force à l’apparition, dans l’intervalle et entre ces dernières, de quelque chose comme une énigme qui révèle la survivance antique et la dislocation du monde.

Atlas, nébuleuses du Sphinx
de Suzan Vachon se décline en cinq constellations adressant chacune une question qui, comme le Sphinx, invite à plonger dans les profondeurs de la recherche oblique pour espérer trouver des réponses. La recherche et l’étonnement comme positions cruciales permettent le saisissement sensible de l’état des choses. L’atlas de Suzan Vachon, comme celui de Warburg, configure l’état intérieur d’une quête de la beauté comme de l’effroi qui transige par « l’art de la composition » tel que le nomme Jean-Luc Godard en parlant du montage cinématographique. L’invitation amicale, voire amoureuse, qu’elle nous adresse est empreinte d’un immense désir de reconnaître ceux et celles qui fabriquent des images, ceux et celles qui les discutent, donnant à voir par la rhétorique de l’énigme les sens et les contre-sens de son époque.

Jonathan Demers
Directeur général / chef de la conservation
Musée d'art contemporain des Laurentides
Composition typographique, plomb et ficelle, Suzan Vachon, 2022
Ce projet de recherche et de création est réalisé en partenariat avec Vidéographe et le MAC LAU qui ont encouragé et soutenu à tout instant le projet.

L’artiste remercie vivement :
Le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec pour leur soutien financier. Le Musée des beaux-arts de Montréal pour le prêt d’une œuvre d’art de la collection art québécois et canadien, inv.2016.146. Le Centre SAGAMIE, l’Atelier des Hauteurs, l’Atelier Michel Séguin, l’Atelier de l’île, pour leur apport professionnel.

À tous les artistes qui ont rendu possible cette réunion chorale et d’une hospitalité lumineuse, merci pour leur confiance sans réserve.
Travaux astronomiques, processus, Atlas, nébuleuses du Sphinx, Suzan Vachon, 2019-2023

Artistes dont une œuvre est présentée dans les nébuleuses

B
Ismaïl Bahri
Émilie Baillargeon
Lorna Bauer
Frédérique Beaupré Decoste
Mathieu Beauséjour
Maude Bertrand
Kara Blake
Marie-Claude Bouthillier
C
Jacynthe Carrier
François Carignan
Julien Champagne
Sébastien Cliche
Clément Cogitore
Maxime Corbeil-Perron
D
Gabrielle Dagenais
Étienne de Massy
Patrice Duhamel
Frédérique Beaupré Decoste
Documentation Céline Duval
E
Rachel Echenberg
G
Patrick Galipeau
Raymond Gervais
Groupe Épopée
H
Philippe Hamelin
Estelle Hanania
Nelson Henricks
Bettina Hoffman
Mike Hoolboom
L
Manon Labrecque
Alexia Laferté Coutu
Alexandra Leykauf
Micah Lexier
Vincent Lussier
M
Christof Migone
Frédéric Moffet
N
Natacha Nisic
O
Daniel Olson
P
Karine Payette
Alex Pouliot
S
Alessandro Sciarroni
Bogdan Smith
Beth Stuart
T
Élène Tremblay
V
Suzan Vachon
Anouk Verviers
Z
Leila Zelli
Biographie de Suzan Vachon Artiste interdisciplinaire, enseignante, conférencière et commissaire, les recherches polyphoniques de Suzan Vachon s’intéressent à la voix de l’Autre ainsi qu’aux métamorphoses de la forme et du sens dans un travail d’écriture de l’image fixe et en mouvement. Nourri par la recherche documentaire, son laboratoire se concentre sur la dimension haptique de l’image, du texte et du son et s’inscrit dans un continuum de travail invitant parmi d’autres, l’archive, la littérature, le cinéma et l’imaginaire des langues. Son travail interdisciplinaire a fait l’objet de treize commandes d’art public.

Candidate sélectionnée pour le projet Domaine public de Saw Video, en collaboration avec Bibliothèques et Archives Canada et soutenue par le Conseil des arts du Canada, le projet Domaine public a fait l’objet d’une tournée en Amérique du Nord et en Europe en 2011-2012. Elle est membre en 2013 de la délégation québécoise accompagnant le Conseil québécois des arts médiatiques pour les 50 ans d’art vidéo, aux Instants Vidéo de Marseille. Puis, en résidence au Centre SAGAMIE, elle y entreprend une recherche d’images imprimées s’appuyant sur des archives filmiques de la Croix-Rouge et de la British Pathé News. Commissaire en résidence à Vidéographe en 2019-2021, ses travaux la conduisent à une importante recherche transdisciplinaire prenant la forme d’un Atlas qui est diffusé à l’hiver 2024 au Musée d’Art Contemporain des Laurentides.
Horaire du Musée
Mardi au samedi : 12h à 17h
Dimanche : 12h à 16h 
Nous joindre 
101 Place Curé-Labelle, Saint-Jérôme
450-432-7171 | 

Le Musée est présentement en montage   Le Musée est présentement en montage  Le Musée est présentement en montage